L’hiver, c’est un peu la période de tous les excès.
Et dans tout ça, il y en a un qui est mis à mal, votre foie !
Cet merveille de technologie affiche un poids d’à peu près 1,5 kg (beau bébé) et doit gérer quotidiennement près de 200 fonctions dans le corps.
Dans une journée, il filtre environ 2 400 litres de sang pour le débarrasser des toxines et toxiques comme les pesticides, la pollution et les résidus médicamenteux.
Et si à l’approche des fêtes on lui donnait un petit coup de pousse grâce au desmodium ?
Cette plante, c’est un peu la star de la sphère hépatique !
Hépatoprotectrice, hépatorégénératrice, elle est en plus tout indiquée si vous souffrez d’allergies ou d’asthme.

Pas mal n’est-ce pas ?
Voyons de plus près cette plante aux mille vertus qui vous aidera entre deux tartiflettes. 😉

 

 

Qu’est-ce que le desmodium ?

Voici que que nous dit l’ami Wikipédia :
Le Desmodium adscendens est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Fabacées.
Elle est parfois appelée Desmodium procumbens.
Les deux noms font référence aux longues tiges rampantes qui peuvent s’enrouler sur des supports rigides.

Cette plante est très utilisée pour ses propriétés hépatoprotectrices et antivirales, principalement en Afrique de l’ouest, d’où elle est originaire.
En effet, les études pharmacologiques semblent démontrer une action positive sur les transaminases (enzymes dans les cellules du foie et des muscles), d’où son effet protecteur.

Le desmodium est riche en :

  • flavonoïdes (des anti-oxydants), en particulier la vitexine et l’isovitexine,
  • alcaloïdes de type indolique, dérivés de la tryptamine qui agissent sur les récepteurs à la sérotonine du système nerveux central.
  • acides aminés libres : proline, diacides aminés
  • saponosides triterpéniques : dont des soyasaponines I et III
  • anthocyanosides, des pigments hydrosolubles qui donnent des teintes allant du rouge au bleu dans les végétaux.
  • acides gras surtout insaturés (3% de la plante sèche)

En phytothérapie, on utilise le plus souvent ses parties aériennes c’est-à-dire la tige, les feuilles et les sommités fleuries.

Ses principales propriétés :

  • hépatoprotectrice et régénérante des cellules hépatiques.

    Le foie a cette capacité incroyable de pouvoir se régénérer comme un grand !
    L’action de la plante permettrait donc de rendre les cellules de celui-ci plus résistantes et d’en aider la régénération.
    C’est d’ailleurs de part cette capacité que le desmodium est souvent préconisé avant et après une chimiothérapie ou un traitement médicamenteux.

  • anti-asthmatique et antispasmodique

    C’est en  1993 que McManus et ses collaborateurs mettent en évidence le rôle du desmodium comme anti-asthmatique.
    Lors de leurs expériences, ils inoculent une toxine isolée du venin du scorpion dans un muscle lisse de la trachée bovine.
    Et là surprise, ils s’aperçoivent que les extraits de desmodium inhibaient la fixation de la dite toxine.
    Dans le cas de l’asthme, la plante aurait ainsi la faculté de limiter la contraction des muscles lisses autour des bronches et bronchioles.

  • antiallergique

    Ici encore, le desmodium montre son action lors des études en limitant les contractions produites par l’histamine, une molécule provoquant une réaction inflammatoire.
    Ainsi la plante est indiquée en cas d’hypersensibilité dermatologique, d’écoulements et de rhinites allergiques.

  • dépurative

    Le desmodium vient soutenir le foie dans son processus d’élimination.
    Parce que le Chardon-Marie en potentialise les effets, il n’est pas rare de les voir associés dans les formules.

  • décontractante

    Sa composition chimique lui vaut également d’être utilisée comme décontractant musculaire globale.
    La plante serait donc efficace en cas de mal de dos, courbatures et crampes.

 

plante hépatoprotectrice drainage du foie desmodium

crédit photo : Tyrrhium/Flickr

Pour qui le desmodium peut être indiqué ?

De part son action protectrice sur le foie, le desmodium est souvent recommandé dans les cas d’hépatites, qu’elles soient toxiques, virales ou alcooliques.
En naturopathie, on l’utilise également dans le cas d’une stéatose hépatique (plus connue comme la maladie du foie gras, oui oui comme celui mangé à Noël).
On le recommande aussi à titre préventif pour contrer les effets hépatotoxiques d’une chimiothérapie (les saponosides vus plus haut seraient à l’origine de cet effet. )

Enfin, on le préconise également comme myorelaxant des muscles lisses dans les cas d’asthme, de toux spasmodiques ou de rhino-sinusite.

 

Qu’elles sont les contre-indications et les effets secondaires ?

Le desmodium est une plante plutôt sympathique avec peu de contre-indications particulières si ce n’est pour les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 15 ans.
De même, les effets secondaires sont assez minimes.
On peut noter parfois des diarrhées ou des nausées à cause du processus de drainage.
Pas fun me direz-vous, alors dans ce cas on diminue la dose et on augmente progressivement.
Comme pour tout, on s’écoute, on prend note de ses ressentis et on ajuste. 🙂

À ce jour, il n’a pas été noté d’interactions médicamenteuses particulières, si ce n’est éventuellement avec l’extrait de pépin de pamplemousse.
Cependant, mieux vaut rester vigilant et plus spécialement dans le cas où vous prenez des anti-cancéreux.
Dans ce cas, voyez avec votre oncologue ce qu’il est possible de faire ou non (pour la prise du desmodium comme tout autre chose). 🙂

 

Comment prendre le desmodium ? posologie et formes galéniques

La décoction :

On recommande généralement de faire bouillir 8 à 10 g de plante séchée dans 1 litre d’eau, pendant 15 minutes.
Filtrez et buvez la décoction au cours de la journée.

Pour contrer les effets secondaires des chimiothérapies : Consommez la décoction deux jours avant la séance puis durant les dix jours suivants.

 

Les extraits liquides :

Vous pourrez prendre entre 5 à 15 ml soit 1 à 3 cuillère à café par jour de desmodium en fonction des recommandations de votre médecin ou de votre pharmacien.
Diluez la dose dans un grand verre d’eau ou de jus de fruit et consommez-la en dehors des repas.

 

Nutergia, Ergydesmodium extrait liquide de desmodium

Complément alimentaire à base de Desmodium adscendens du laboratoire Nutergia

En gélules

En fonction des marques et de l’effet souhaité (préventif ou curatif), prendre 1 à 4 gélules par jour.
Les dosages peuvent vraiment varier d’un laboratoire à un autre.
Respectez bien la posologie et l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien. 🙂

 

conclusion

Le desmodium est une plante toute indiquée pour protéger le foie et l’aider à régénérer ses cellules.
Avant et après les fêtes (et les repas copieux à gogo), il sera votre allié couplé à un retour à une alimentation saine et équilibrée.
Si vous présentez un terrain allergique, une tendance aux rhino-sinusite ou que vous souffrez d’asthme, le desmodium agira comme myorelaxant des muscles lisses des bronches.

Bien évidemment tout ceci ne se substitue pas à un avis médical.
Si vous présentez de potentiels signes d’un foie en mauvais état (douleurs sous les côtes droites, teint jaune, fatigue extrême, vomissement, urines foncées…), con-sul-tez !
Comme disait ma mamie “mieux vaut prévenir que guérir”. 😉

Si vous voulez aller plus loin, je vous invite à vous abonner à la newsletter pour recevoir en cadeau mon guide “détoxez-vous !“.
Vous trouverez dedans le fruit de mes recherches en naturopathie et diététique pour vous initier à la détox du corps et de l’esprit.
Le tout fait à ma façon et avec de vrais morceaux d’amour dedans. 😛

 

Je vous dis à mercredi prochain pour de nouvelles aventures et en attendant, prenez bien soin de vous ! 💖

signature Delphine

 

 

 

 

 

Partager l'article
  • 3
    Partages

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT